Nov 172011
 

Comme vous le savez sûrement, dans le cadre de mes fonctions je dois, en collaboration avec mes collègues, me pencher sur le choix des outils d’aide technologique pour les différentes clientèles de ma C.S. Dans le cas des aides à la lecture et à l’écriture,  je peux compter sur un réseau fort bien développé dans ma C.S et sur mes collègues que je nomme fréquemment ici sur ce blogue.

Au niveau de la dypraxie, j’ai bien tenté de me faire une tête de manière autodidacte et de vous suggérer certaines ressources dont: http://ayor001.wordpress.com/category/troubles-dapprentissage/dyspraxie/. mais ce matin j’ai pu finalement obtenir des réponses et des « super conseils » par une ergothérapeute madame Karine Fournier.

Madame Fournier travaille au niveau d’une clinique privée et leur site propose différents services: http://www.edme.org/fr/ Je vous laisse le soin d’en découvrir plus à leur sujet et en ce qui me concerne, je vous partage certains éléments qui m’ont marqué en lien avec la formation de 3 heures.  À noter que ce ne sont que des « flashs » d’après formation qui ne peuvent rendre justice à la formation et qui sont moins signifiants hors contexte.

Il y a plusieurs types de dyspraxies (orale, verbale et motrice) et il ne faut surtout par traiter un « code 33 » avec une « trousse fermée d’outils immuables »; bref il n’y a pas de solution miracle et surtout rapide.

Il ne faut pas non plus confondre Dyspraxie et Apraxie car, pour cette dernière il s’agit d’un désordre suite à un ACV et non basé sur le développement de la personne.

Il existe plusieurs « signes précurseurs en bas âge » qui permettent de détecter une possible dyspraxie. L’acquisition tardive de la marche (16 à 18 mois de vie), apprentissages difficiles, peu d’intérêt pour les activités motrices, etc. Concrètement on peut également voir des enfants qui ont de la difficulté à effectuer des tâches liées à la routine (attacher les souliers, bouton pression, habillage, etc).

Le geste d’un enfant dyspraxique est maladroit, fatiguant et nécessite beaucoup de concentration et d’énergie. À cet effet, il est primordial que l’intervenant soit au fait de ces difficultés et évite de demander trop d’un point de vue physique que l’élève en perd le focus au niveau de la tâche.

Parmi les éléments à observer dans une grille de dépistage, on peut nommer quelques exemples comme:

  • l’enfant présente une démarche peu fluide et incoordonnée
  • équilibre précaire
  • change constamment de main (pas de préférence manuelle)
  • difficultés en éducation physique
  • difficultés en motricité fine (tenir un crayon, calligraphie, tracé, copie)
  • difficulté à comprendre certaines notions (en haut, en bas, devant, derrière)

Un enfant dyspraxique en classe peut avoir comme comportement d’être désorganisé, a de la difficulté à s’orienter dans l’espace , en géométrie, en orthographe lors de dictée ou copie de mots.  À cet égard,  nous avons vécu lors de la formation, une activité vraiment « ébranlante » pour prendre conscience des difficultés liées à l’écriture pour les élèves dyspraxiques.  J’ai pu constater comment il a été difficile de me concentrer sur autre chose que le geste moteur et bye bye les consignes….Je ne brûle pas le « punch » ici mais avec l’accord de madame Fournier je pourrai vous suggérer de faire cette activité.

Dans la dernière partie de la rencontre, madame Fournier nous a proposée des stratégies d’aide très concrète. Très aidant et surtout, très signifiant comme formation!

Si dans votre milieu, les intervenants vous contactent afin de recevoir une telle formation, je vous suggère fortement de communiquer avec madame Fournier et son équipe!

Je crois être mieux outillé dans le cadre de mes fonctions de conseiller TIC et faire des choix plus logiques dans le futur au niveau des outils d’aide à la dyspraxie!

Merci d’avoir fait ma journée !

  4 Responses to “Formation sur la dyspraxie: bien des réponses à mes nombreuses questions!”

  1. Bonjour,

    Oui en effet, la dyspraxie est un trouble qui est tellement vaste, peut atteindre plusieurs aspects d’une personne (langage, motricité, organisation et planification de la tâche…).

     
  2. Merci pour cet article et tous vos partages ! Nos enfants ont bien besoin que l’on se penche sur leurs dysfficultés afin de leur venir en aide de plus en plus et de mieux en mieux !
    C’est vrai que la tâche n’est pas aisée car la dyspraxie a différents degrés, revêt différentes formes et reste pourtant si invisible qu’il est difficile d’admettre qu’elle met en situation de handicap les personnes qui en souffrent. Une maman bénévole dans une association sur la dyspraxie en France – Dyspraxique Mais Fantastique 😉 http://dyspraxie.info

     
  3. […] Formation sur la dyspraxie: bien des réponses à mes nombreuses questions! Comme vous le savez sûrement, dans le cadre de mes fonctions je dois, en collaboration avec mes collègues, me pencher sur le choix des outils d'aide technologique pour les différentes clientèle… Source: ayor001.wordpress.com […]

     
  4. Il est évident que les dyspraxies sont bien complexes et que toutes les démarches afin de mieux les connaître sont bonnes et permettent aux enfants d’être mieux compris. Merci à vous. Un papa bénévole dans une association sur la dyspraxie en France – Dyspraxie France Dys

     

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>