Martine Paré

Conseillère pédagogique TIC, RÉCIT, Commission scolaire des Samares

Mai 192016
 
AcrobatReaderDC

Acrobat Reader DC

Adobe Reader, 8, 9, 10, 11, DC… Un nom de produit qui passe son temps à changer: c’est à en perdre le peu de latin qu’on connaît! Toujours est-il que récemment, sans en être avertis, certains de nos utilisateurs ne retrouvent plus Adobe Reader XI sur leur poste, mais bien Acrobat Reader DC comme lecteur de fichiers PDF!

Il s’agit tout simplement de la nouvelle version d’Adobe Reader. L’acronyme DC signifie « Document Cloud », voulant insinuer par là qu’il est maintenant plus facile de modifier des documents directement sur Internet (ex.: apposer sa signature de façon électronique).

Outre cette nouveauté qui, au niveau des besoins en classe, ne touche pas vraiment les utilisateurs,  qu’y a-t-il de plus ou de différent par rapport à sa version antérieure ?

L’interface

Acrobat DC offre une toute nouvelle interface plus allégée et donc, plus conviviale. Les boutons de commande, plus gros, ont été pensés pour les appareils mobiles et on ne s’en plaindra pas. Un élève qui cherche ses repères visuels dans un environnement numérique devrait s’y retrouver plus rapidement:

AcrobatDC_Menu

Les outils

La palette d’outils, appelée Commentaires, s’est aussi améliorée au niveau visuel. Elle porte bien son nom puisqu’elle a pour objectif d’annoter un fichier, ce qu’elle arrive à faire merveilleusement, d’ailleurs.

AcrobatDC_OutilsCommentaires

La compagnie Adobe avait commencé à offrir plusieurs outils pour annoter un fichier (et même y ajouter des commentaires oraux!) dans sa version précédente de Reader. Outre le fait que l’outil « zone de texte » soit plus facile à manipuler, il est dorénavant possible de fixer certains outils choisis au menu du haut. Par exemple, le surligneur ou encore, les choix de couleurs.

Enfin, j’ai remarqué qu’il était aussi possible d’ajouter une légende n’importe où dans un document PDF.
L’option Légende est cachée danAcrobatDC_Legendes le menu Outils > Outils de dessin. La légende générée apparaît dans une boîte pourvue d’une flèche qui pointe vers le lieu précis où le curseur était placé lors de sa création. Intéressant pour « pointer » des éléments!

Adobe Reader DC et les outils de synthèse vocale

Un fichier PDF ouvert dans Reader DC sera tout aussi lisible par un outil de synthèse vocale (WordQ, Lexibar, Balabolka…), en autant que son contenu soit en mode « ROC » (Reconnaissance optique de caractères).

 

 

Jan 222016
 
Weblirecouleur_logo

Sur un texte, l’ajout d’annotations en couleur est une stratégie parfois utilisée pour aider certains lecteurs à distinguer plus facilement les syllabes ou les phonèmes. Or, modifier à la main la couleur des phonèmes ou des syllabes une à une représente un travail de moine!

WebLireCouleur

Exemple de texte dont les syllabes ont été colorées.

Ceux qui utilisent cette stratégie seront heureux d’apprendre l’existence d’une petite application gratuite sur le web, appelée WebLireCouleur. Bien que discrète, cette application fait des miracles avec peu de choses!

WebLireCouleur permet de colorer automatiquement les phonèmes ou les syllabes du texte qui aura été tapé ou copié-collé dans l’interface.

Le résultat (voir image ci-dessus) est facile à obtenir, car les gestes à poser s’avèrent d’une simplicité désarmante. L’utilisation de WebLireCouleur demeure très payante en termes de temps et de rendement pédagogique, car la plateforme travaille pour son utilisateur! Et comme cette dernière est accessible par Internet, il n’y a rien à installer sur son poste. Merci au développeur !

WebLireCoul_PanneauConfig

Panneau de configuration – volet « Voyelles »

Le panneau de configuration de WebLireCouleur (ci-contre) offre de multiples possibilités de personnalisation qui permettent de répondre à des intentions pédagogiques très spécifiques. Par exemple, il est possible:

  • D’écrire directement le texte à colorer dans l’interface
  • De copier-coller du texte à colorer dans l’interface
  • De copier-coller le texte coloré dans un logiciel de traitement de texte (Word, LibreOffice Writer)
  • De choisir les voyelles et les consonnes sur lesquelles mettre l’emphase
  • De choisir la typographie (police, couleur, gras, italique, etc.)

À placer dans vos favoris!!

 

Nov 172015
 

LibreOffice_WordPadVous avez peut-être déjà remarqué que WordQ ne s’arrime pas parfaitement au logiciel de traitement de texte LibreOffice Writer, car la fonction « suivi du mot lu » ne s’exécute pas. Dans ce cas, on suggère d’utiliser le logiciel Wordpad, disponible sur les ordinateurs des élèves, faut d’accéder à Microsoft Word.

Mais faut-il pour autant complètement éliminer LibreOffice Writer de leur boîte à outils ? Pas nécessairement!

Dans le contexte où l’élève nécessite une ou plusieurs fonctions d’aide technologique pour écrire, il y a lieu de se questionner sur l’arrimage entre le logiciel choisi pour ce faire et la fonction d’aide à proprement parler. Cela étant dit, on devrait toujours partir du besoin de l’élève pour déterminer le logiciel de traitement de texte approprié pour écrire et non l’inverse: l’élève a-t-il besoin de la fonction prédiction de mots, oui ou non? A-t-il habituellement recours à un la synthèse vocale de WordQ, oui ou non? C’est la réponse à chaque question qui décidera de l’usage!

Ce tableau de comparaison très concret et bien schématisé, produit par nos homologues de la CSSMI, place les logiciels de traitement de texte LibreOffice Writer et WordPad en parallèle au regard de trois principales fonctions d’aide technologique: la prédiction de mots, le correcteur orthographique intégré ainsi que le suivi en surbrillance du mot lu.